Le pire des mondes

Ann Scott

Le pire des mondes

Je ne connaissais pas cet auteur, n’avais aucune idée du contenu avant de lire le résumé. Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai été attirée par cette œuvre. Je l’ai eu lorsque je suis allée aux bouquinales d’Hazebrouck.

Le résumé nous annonce une analyse du monde humain, des comportements et nous pose une question, peut-on vivre reclus pour se protéger de ces influences extérieures? Et je vous confirme que le résumé correspond bien au livre. Au fil des pages, tout y passe, hygiène, vulgarité, saturation, étouffement, pollution, indifférence, manque flagrant de respect, de protection, banalisation des comportements irresponsables… Celui qui nous fait cette analyse, c’est un homme, artiste, illustrateur (étonnamment sans nom, soit il n’y est pas soit je ne l’ai pas trouvé). Plutôt seul, son principal rapport humain se fait avec son associé et avec son amie Elisabeth. Il n’est pas insensible aux charmes de cette dernière mais ne s’est jamais ouvert à elle. C’est un jour ou toutes les mauvaises nouvelles se cumule qu’il la voit : Junko Ishida (dont on ne connait pas le nom tout de suite). Il tombe sous son charme. Il a déjà développé des obsessions pour d’autres femmes, principalement des actrices, au point d’en oublier le reste, mais cette fois, il ira plus loin.

J’ai parfois eu du mal à accrocher au récit, surtout les premières pages, je craignais que tout le roman tourne autour d’une analyse de l’humanité et ce n’est pas le genre de lecture qui m’emballe. Cependant, l’ajout de cette part de psychologie, ce rapport direct au comportement, à la dérive du personnage principal qui m’a permis de rentrer dans l’histoire. C’est un roman assez court (200 pages) qui aura tout de même révélé une belle lecture. La fin m’a beaucoup surprise, en bien, brutale, crue. Le texte est parsemé de certaines exagérations mais qui reste probables. Après l’histoire de cœur du personnages, arrivera une suite nerveuse de problématiques qu’il ne saura résoudre, dû au manque de réceptivité du système, notamment sécuritaire. J’aurais quand même mis un certain temps à le lire.

Publicités

A propos monaventurelitteraire

Les livres font partie intégrante de ma vie... les mots sont l'essence de la communication, élément indispensable à la transmission. Que ce soit à l'oral ou à l'écrit ce sont eux qui nous distingue. La lecture est pour moi un voyage, une échapatoire, un mode d'évasion. Comme certains se consacre à la mode ou à la musique, j'ai voulu à travers ces pages faire partager mon amour pour les mots et les livres. vous faire partager mes voyages à travers mes lectures. En espérant vous transmettre mes plaisirs, vous donner l'envie ou échanger avec vous, chaque post sera consacré à une de mes lectures.
Cet article, publié dans Littérature, Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le pire des mondes

  1. Il a l’air surprenant ce livre !

  2. belette2911 dit :

    Pas pour moi…. 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s